Pollution du chauffage électrique

Lorsque l’on parle de chauffage, c’est avant tout le sujet de la consommation qui revient fréquemment. On se demande combien consomme concrètement un chauffage, pour savoir in fine combien il faudra payer pour se chauffer. Logique. La plupart de l’information disponible pour les différents modèles de chauffage – peu importe la technologie – est concentrée autour de ces questions de consommation.

Mais une autre préoccupation concerne la pollution. Puisqu’il est notre compagnon au quotidien, le chauffage présent dans notre logement, appartement ou maison, est-il dangereux ? Le sujet de la pollution du chauffage ne doit pas être négligé car il existe encore de très nombreuses confusions et légendes qui circulent.

Quel est le mode de chauffage qui pollue le moins ? Existe-t-il une pollution liée à l’utilisation d’un chauffage électrique ? Quelles sont les conséquences sur la planète et sur l’air que nous respirons chaque jour de l’utilisation d’un chauffage électrique pour se chauffer ? Voici tout ce que vous devez savoir à propos de la pollution du chauffage électrique pour pouvoir réagir et adopter les bons gestes.

Les équipements électriques et la pollution à l’usage

Commençons tout de suite par évoquer le sujet de la pollution lors de l’utilisation d’un système de chauffage électrique. Les équipements électriques sont ceux qui sont les moins polluants lors de l’utilisation, car ils n’émettent pas de CO2 et ne relâchent pas de particules fines.

Pollution du chauffage électrique

En comparaison à une chaudière à gaz ou encore au chauffage à bois, qui émettent des particulières fines et du CO2, sans oublier le chauffage au fioul (émetteur de dioxyde de carbone, de dioxyde de soufre et de gaz à effet de serre), le chauffage électrique est moins polluant. L’impact sur l’environnement de ce mode de chauffage lorsqu’il est utilisé est nul… mais on ne peut pas en dire autant en ce qui concerne la production de l’énergie électrique qui permet de faire fonctionner nos radiateurs !

Pollution du chauffage électrique

Le problème de la pollution pour produire l’énergie électrique

Si, comme nous venons de le voir, l’énergie électrique possède l’avantage de ne pas émettre de polluants lorsque l’on se sert des équipements pour se chauffer, l’origine de l’électricité, elle, est une source de pollution importante.

Il convient de distinguer plusieurs situations.

  • Si l’électricité qui est utilisée pour faire fonctionner un chauffage électrique est issue d’un mode de production renouvelable, comme l’éolien et le solaire, aucun problème. L’impact en matière de pollution de l’ensemble de l’utilisation des radiateurs électriques sera alors nul.
  • Si l’électricité utilisée ne provient pas de sources renouvelables, alors il existe bien une pollution liée indirectement à l’utilisation du chauffage électrique.

Le problème avec le chauffage électrique réside dans les pertes importantes que l’on peut noter entre la production de l’énergie et sa consommation finale. Contrairement à un mode de chauffage au bois, au fioul ou encore au gaz, avec une énergie consommée sur place, un système électrique repose sur une énergie produite en amont. Dans une centrale nucléaire, à gaz, à charbon ou encore hydro-électrique, peu importe. Il existe bien une pollution générée pour produire l’énergie finalement utilisée dans les radiateurs électriques par les consommateurs.

Chauffage le moins polluant

Mode de chauffage le moins polluant

Alors, si l’énergie électrique est source de pollution lors de sa production, mais que les radiateurs électriques sont les moins polluants à l’usage… s’agit-il au final d’une bonne solution ? Oui, et non ! En France, grâce notamment à un coût d’installation faible, les installations électriques de mauvaise qualité se sont multipliées. Il s’agit là d’un vrai problème, car des équipements plus hauts de gamme, moins gourmands et mieux régulés apportent des économies… et une pollution réduite.

Chauffage le moins polluant

Alors, pour se chauffer sans polluer, installer une pompe à chaleur, une chaudière à gaz ou encore un système de chauffage au bois et aux granulés permet parfois une pollution globale plus réduite que l’énergie électrique. Attention toutefois à la présence de toxiques dans l’air, notamment avec le chauffage au bois.

La meilleure réponse consiste sans doute à mixer les solutions. Coupler par exemple un chauffage au bois avec des radiateurs électriques de qualité en complément permet un bon équilibre. Idem, disposer d’un système centralisé avec une pompe à chaleur et, si besoin, un chauffage électrique d’appoint pour compléter l’installation, permet de réduire la pollution globale tout en maximisant le confort des occupants.

Si vous souhaitez conserver une installation totalement électrique – avec des radiateurs au mur ou encore un système de plancher chauffant – vous pouvez réduire votre pollution. Oui, vous n’avez pas à devoir rester inactif face à la pollution générée par la production d’énergie électrique. Au contraire, vous pouvez agir directement en décidant de changer de fournisseur d’énergie. Il existe des fournisseurs d’énergie verte, c’est-à-dire d’une électricité produite en limitant la pollution. Vous pourrez alors disposer d’un chauffage qui n’émet pas de particules fines ni de CO2 à l’usage, et fonctionne avec une énergie respectueuse de la planète.